Aller au contenu

Des médicaments puissants sont prescrits hors indication, c'est-à-dire pour traiter des maladies pour lesquelles ils n'ont pas été approuvés, notamment pour contrôler les enfants turbulents et les vieillards souffrant de démence. (Jean-Claude St-Onge)     +

psychiatrie


  • Vous ne pouvez pas ajouter d'enregistrement.

  Nom Contenu

DSM (Qu'est-ce que le...)

  DSM
Dans son livre Qu'est-ce que le DSM ? paru en 2013 aux éditions d'Ithaque, Steeves Demazeux eut l'ambition d'offrir une histoire détaillée et circonstanciée de ce manuel diagnostique qui reste l'outil classificatoire principal du champ psychiatrique. http://www.youtube.com/watch?v=DP1Hp7QqClM Le DSM est utilisé par les psychiatres, mais aussi par des juges, des travailleurs sociaux ou encore des infirmières.Ses classifications controversées sont souvent accusées de faire le lit de l'ind...

faux fous

  DSM
Expression utilisée par le psychiatre Patrick Landman dans son livre Tristesse business :Le DSM est responsable d'une augmentation considérable du nombre de faux positifs, en particulier de "faux fous", s'opposant par là même aux règles de l'art médical.1 Cette expression désigne les individus qui se voient diagnostiquer une maladie mentale, car leurs structures psychiques entrent dans les catégories cliniques du DSM. Patrick Landman établit dans son ouvrage la non-scientificité de ces caté...

indication

Citation de Jean-Claude St-Onge :Les autorités sanitaires telles que la FDA et Santé Canada considèrent que l'"indication" est la maladie ou le trouble pour lequel le produit est censé être bénéfique. Sauf exception, quand un médecin prescrit hors indication, on peut dire qu'il "expérimente". 1 En psychiatrie, le précédent auteur ajoute que des "médicaments puissants sont prescrits hors indication, c'est-à-dire pour traiter des maladies pour lesquelles ils n'ont pas été approuvés, notamment...

insulinothérapie

Selon Jean-Claude St-Onge, il s'agit d'une ancienne forme de traitement psychiatrique.
Qualifiant cette méthode de barbare, il indique qu'elle "consistait à donner des doses massives d'insuline aux personnes ayant reçu un diagnostic de schizophrénie, ce qui les plongeait dans un coma".1

----------
Bibliographie :
  • ST-ONGE, Jean-Claude. Tous fous ? L'influence de l'industrie pharmaceutique sur la psychiatrie. Ecosociété, 2013. 275 p. Page 25.

médicalisme

  DSM
Néologisme désignant la médicalisation systématique des aléas de la vie psychique. Dans son livre Tristesse business , le psychiatre Patrick Landman écrit :La médicalisation grandissante des affects, tout spécialement de la tristesse, qui fait partie de notre vie psychique quotidienne mais dont la pathologisation outrancière est symptômatique des dérives et du malaise de notre culture [...], la pratique de plus en plus étendue du surdiagnostic et enfin le recours de plus en plus fréquent aux...

psychiatrie diagnostique

  DSM
Les psychiatres établissent leurs diagnostics à partir des symptômes répertoriés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) et en fonction de la Classification internationale des maladies (CIM) proposée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour cette raison, nous parlons de psychiatrie diagnostique.Or, les prétendus symptômes psychiatriques ont pour caractéristique une grande volatilité, certains d'entre eux apparaissant et disparaissant d'une édition à...

seuil d'inclusion

  DSM
Critères séparant le normal du pathologique, selon la nosologie psychiatrique. Même si les maladies mentales définies par le DSM ne reposent sur aucune validation scientifique1 , leur simple définition implique de distinguer les comportements qu'elles regroupent de ceux considérés comme normaux. Se pose alors la question de savoir quand le basculement se produit entre le normal et le pathologique.Généralement, le praticien observe l'intensité, la fréquence et la durée d'un comportement problé...

Szasz Thomas S.

Site officiel du psychiatre hongrois Thomas S. Szasz (1920-2012), auteur d'une volumineuse bibliographie et souvent surnommé "le pape de l'antipsychiatrie".