Aller au contenu

DICOPSY.com : dictionnaire de psychologie

Aller au contenu

     A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Photo

CHANTAGE

pouvoir honneur engagement

Méthode de pression psychologique utilisée pour obliger un individu à effectuer une action, malgré son opposition consciente. Le chantage nécessite de faire craindre au sujet une souffrance psychique ou physique supérieure à celle pouvant être engendrée par la réalisation de l'acte auquel on souhaite le contraindre. Même en l'absence de mise en oeuvre, le chantage génère de l'angoisse et c'est cette angoisse qui sert de levier à la menace. Le processus de chantage inclut donc un facteur externe qui trouve son écho dans les faiblesses internes de la victime.
  • Parmi ces facteurs externes, nous trouvons les pièges (montages photographiques, enregistrements...), les vols de documents compromettants ou encore les menaces physiques.
  • Parmi les faiblesses internes qui donnent aux facteurs externes une emprise potentielle, nous trouvons des vices tels que la cupidité (peur de perdre de l'argent), la mondanité («qu'en dira-t'on ?»), si ce n’est la crainte de violences physiques ou de problèmes juridiques, etc...
Le chantage repose donc nécessairement sur une faiblesse de la cible ; faiblesse plus ou moins bien évaluée que le maitre-chanteur se fait fort d'exploiter.
De même que le processus de chantage nécessite un facteur externe et une faiblesse interne, la solution pour le sujet victime de chantage se trouve :
  • Dans l'élimination du facteur externe : destruction des pièces compromettantes, arrestation du maître-chanteur…
  • Dans le dépassement des faiblesses internes et des angoisses qu'elles engendrent. Ces angoisses proviennent souvent de l'appréciation subjective ou pour le moins incertaine du risque représenté par le facteur externe.
De par son mode d’action psychologique, le chantage s’apparente à un exercice pervers du pouvoir : il s’agit de contrôler la victime, de lui faire faire ce qu’on souhaite en exerçant une forme de préemption sur son psychisme. Cette perversité est manifeste dans l'intention malfaisante de tout chantage.
Le chantage est aussi un outil essentiel du pouvoir politique, notamment dans les démocraties occidentales. Cette notion de pouvoir transparait d'ailleurs de façon implicite via le qualificatif de maître-chanteur.
Notons que certains criminels usent d'une forme plus complexe de chantage, activant deux mécanismes psychologiques à la fois :
  • L'angoisse et la crainte inhérentes à toute situation de chantage.
  • L'appât du gain.
C'est ce que les cartels de la drogue mexicains appellent "plomo o plata", le plomb ou l'argent : la cible accepte d'être corrompue en échange d'une somme d'argent, ou alors elle est tuée. Cette méthode a pour effet d'affaiblir la résistance face au chantage - rôle que peut tenir le sens de l'honneur - tout en amorçant un processus d'engagement dans le milieu du crime chez le sujet qui accepte l'argent.

----------
NB : Cette définition est basée sur un retour phénoménologique à partir de mon propre vécu du chantage, suite aux menaces reçues de la part des dirigeants du site internet Fdesouche.com, en 2011. Ayant refusé l'objet du chantage, soit la supression du site internet Fdesouche.fr (effacé depuis par désintérêt), les menaces par courriels furent suivies de leur mise à exécution sous forme de diffamation et d’usurpation d’identité à grande échelle : faux blogs à mon nom pour me faire passer pour un vendeur de cd néo-nazis, « attention usurpation d’identité par Jérôme Comino » écrit partout sur Fdesouche.com pendant deux semaines avec mon nom, mon adresse, mon numéro de téléphone et la photo de ce qui était supposé être la facade de mon immeuble, plus la photo d'un ami et des informations sur son épouse (sic), etc… Difficile de faire plus acharné. En vain.
Plainte fut donc portée sans aboutir en raison de quelques "dysfonctionnement policiers" disons, qui donnèrent lieu à deux courriers avec AR à l'IGPN, entre autres.
Il reste les copies d'écran et celles des menaces par courriel reçues de la part de cette équipe de webmestres très connus de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), du 122 rue du Château-des-Rentiers à Paris. Il n'y a pas encore prescription pour le chantage et lorsqu'il est mis à exécution comme ce fut le cas, c'est 5 ans fermes. A bon entendeur.
Ceci étant, je n'ai pour l'heure trouvé aucune référence bibliographique afin d'étayer la présente définition. Le Dictionnaire des sciences criminelles de G. Lopez et S. Tzitzis déjà cité sur Dicopsy ne fait pas mention du chantage.

Pages liées : , coup, emprise (relation d')
Liens externes :
Droit d'auteur : ©Dicopsy.com : pour reproduire cette définition, indiquez-en la source.